Balt Cairn : Jeudi 11 Aout 2185

Hier et avant-hier, Namgou et moi avons minutieusement examiné la surface de ce cadavre de Terre. Les Kiiknas n’ayant pas de combinaison à leur taille, ils ne peuvent malheureusement pas se joindre à nous. Comme j’ai pu le dire précédemment, il n’y a plus aucune atmosphère, car la géante rouge, qui a dû, dans un très lointain passé, grossir jusqu’à lécher de ses éruptions mortelles la surface de cette pauvre petite planète, l’a complètement dépouillée de ce qui n’y était pas solidement arrimé. Plus d’atmosphère, donc. Mais plus non plus de satellite, si jamais elle en a eu. Plus de sable, de roche. Plus de traces sur sa surface qui a été lissée et vitrifiée par le feu de ce qui fut un temps son soleil. Celui-ci, en pleine contraction, a aujourd’hui retrouvé une taille raisonnable, intermédiaire entre la géante rouge qu’il était il y a quelques centaines de millions d’années et la naine blanche qu’il sera dans quelques centaines d’autres millions d’années… Si on voulait trouver quelque chose, il faudrait creuser profondément pour arriver aux couches qui n’ont pas été vitrifiées. Ce que je n’avais aucune intention de perdre du temps à faire jusqu’à ce que, ce matin, Triisk ne me réveille en sursaut…

« Viens voir, viens voir ! » Qu’il ne cessait de me répéter. Les yeux encore embués je contemplais de vagues graphiques sur l’écran sans trop comprendre de quoi il s’agissait.

— Il y a du monde, là-dessous !

— Quoi ?!!

— Ca, ce sont des émissions dans le domaine Hertzien. Quelque chose sous la surface envoie un message. C’est faible mais réel !

— L’oscillation du cœur de la planète en train de mourir, certainement…

— Non, Balt ! C’est à la fois trop régulier et complexe pour être naturel !

— C’est absurde ! Qui pourrait avoir survécu sous la surface ainsi pendant des centaines de millions d’années… ?! Peut-être même plus… Cela doit faire pas loin d’un milliard d’années que ce soleil a commencé son expansion. Le fragile équilibre de la vie sur cette planète s’est brisé au moment même où il a commencé à grossir !

— Je ne dis pas que quelque chose est encore vivant… Mais qu’il y a quelque chose… J’ai pris la liberté d’envoyer des drones scanner la surface en suivant le signal et ils ont trouvé un tunnel…

— Hmmm… Sous combien de kilomètres de roches vitrifiées… ?

— A peine une centaine !

— Hmmm… « A peine » ?!… Je vais chercher ma pelle et mon seau et je commence tout de suite, comme ça j’aurai peut-être fini dans cinq ou six cents ans…

— Le sol est suffisamment riche en métaux et en carbone pour nourrir mes nanobiots… Plus ils avanceront plus ils se multiplieront, engendrant ainsi une progression exponentielle ! Dans deux mois, trois, tout au plus, ils auront dégagé l’entrée du tunnel !

— Oh… Tu es sûr de ça ?

— Certain !

— Dans ce cas mettons ça en place et on reviendra voir dans trois mois le résultat.

Voilà donc le programme des jours à venir… Programmer des nanobiots pour rejoindre l’entrée du tunnel, les déposer au bon endroit, les démarrer et vérifier que cela fonctionne. Si, effectivement, ils creusent correctement et dans la bonne direction alors on les laissera finir le travail pendant qu’on reprendra le cours de notre voyage…

Publicités
par Damien Allemand

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s