Dennis Jainoa : Mardi 11 Octobre 1932

Balt s’enferme à nouveau dans le silence. Il passe la plupart de son temps à faire du sport, à jardiner ou à lire dans la salle d’immersion. L’Art de la Guerre, de Sun Tzu, Bushido, de Nitobe Inazo, Le Traité des Cinq Anneaux, de Miyamoto Musashi, L’Esprit Indomptable, de Takuan Soho… Il est passé dans un mode martial… Il angoisse à l’idée de devoir bientôt affronter un ennemi si puissant !

Quant à moi, c’est plutôt l’inverse. Je continue à me poser des questions sur la bonne manière d’évoluer… J’ai discuté avec Namgou sur ce qu’elle savait de l’évolution de son peuple. Elle m’a raconté qu’elle faisait partie d’une équipe de chercheurs qui travaillaient sur l’évolution des civilisations disparues. Sur les planètes qu’elle a étudiées, il se développe une seule population animale intelligente. Vraisemblablement, ce genre de population animale n’est pas compatible avec la concurrence et leurs actes empêchent, plus ou moins volontairement, le développement de civilisation intelligente chez d’autres espèces animales. Comme je l’avais supposé, précédemment, la violence est inhérente au développement de l’intelligence. Cette civilisation se construit au travers de luttes de pouvoir successives. D’abord locales, au niveau de groupes de tailles relativement réduits, ces luttes deviennent de plus en plus globale au fur et à mesure que la civilisation se mondialise. Quand la lutte devient mondiale, la pression est telle, entre les plus puissants et les dominés que tout explose. Les uns dans une lutte acharnée pour accumuler toujours plus et les autres dans une lutte aveugle, suicidaire…Quand les luttes n’étaient que locales, les survivants de ces luttes trouvaient appuie dans les autres groupes pour se reconstruire et repartir. Mais quand la lutte devient mondiale, les survivants deviennent trop peu nombreux pour durer et la civilisation s’éteint définitivement.

Comment les Puus ont-ils survécus à cela ? Ayant une expérience tout autre de la vie et de la mort, ils sont doués d’une empathie telle que lorsque la tension, au niveau mondial, est devenue insupportable, les plus puissants ont abandonné leurs biens pour rétablir l’équilibre. Un peu comme si, subitement, la civilisation venait de tourner une page, d’une civilisation qui se construit sur des luttes de pouvoirs, elle s’est mise à évoluer dans la recherche d’harmonie. Ca ne s’est pas fait du jour au lendemain… C’est une évolution qui a pris plusieurs siècles, mais ils pensent que c’est une condition sine qua non à la survie d’une espèce intelligente.

De la même manière, l’humanité a atteint ce paroxysme dans le courant du XXIe siècle. Tournant la tête vers le ciel tous ensemble, ils prirent conscience qu’ils ne pourraient conquérir l’espace qu’en s’unissant. La civilisation terrestre, visiblement capable d’une empathie au-dessus de la moyenne, suite à une situation de crise mondiale sans précédent, est brusquement passée d’un mode lutte à une recherche d’équilibre, bien que cette transformation, un siècle après, ne soit pas encore totalement terminée, Namgou, pense que les humains sont sur la bonne voie.

Quant à moi, je pense que les Kiiknas en sont encore loin ! Mais, qui sait, peut-être que le choc qu’on vient de subir va nous faire changer de direction…

Pour la civilisation qu’on recherche, Namgou est très curieuse de comprendre comment ils ont pu survivre aussi longtemps, et évoluer autant, en gardant une mentalité aussi martiale… L’exception qui confirme la règle ?

par Damien Allemand

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s