Balt Cairn : Lundi 24 Octobre 2185

On est posé sur le satellite de la géante gazeuse aux millions d’anneaux. Namgou avait eu une bonne intuition. Elle m’avait dit : « Ca sent la mort »… Or, il n’y a la mort que là où il y a eu de la vie !

Et, effectivement, il y a eu de la vie sur ce satellite, aussi peu probable que cela puisse paraitre, à priori… On vient de découvrir l’entrée d’une base souterraine. Elle a l’air de très grande taille. On n’a prudemment exploré que les premiers couloirs, et fait demi-tour avant de se perdre. Ca doit être un véritable labyrinthe, là-dessous… On a peut-être découvert Hypérion ?! Plus sérieusement, il va falloir y retourner, demain, avec plus de matériel pour baliser notre chemin.

Mais déjà, de ce que je peux dire, vue la taille des couloirs, les habitants devaient être légèrement plus grands que nous, mais pas beaucoup plus. Je dirais entre deux mètres et deux mètres cinquante. Ce qui est compatible avec les envahisseurs que j’ai pu observer sur Kiik… Mais, visiblement, il n’y a plus âme qui vive, ici. Il n’y a plus d’alimentation et les portes s’ouvrent à la main facilement en les faisant coulisser. Le sas, bien que fermé, s’est ouvert sans laisser fuir d’air. Non alimenté, il a dû laisser fuir très légèrement l’air contenu dans la base pendant des années, des dizaines, des centaines, peut-être même des milliers d’années… Il n’y a plus aucune atmosphère, là-dedans, donc probablement plus personne de vivant…

On n’y trouvera certainement pas non-plus, de système robotisé, drone ou autre pouvant présenter un quelconque danger. Il n’y a plus aucune source d’énergie. Après aussi longtemps, les batteries, ou tout autre système de stockage, doivent être mortes !

Je ne pense pas prendre beaucoup de risque en affirmant que ce satellite n’est pas leur planète d’origine… En effet, il est trop petit pour avoir pu héberger une atmosphère et donc une vie naturelle. En revanche, je ne serais pas surpris de découvrir qu’ils viennent de la troisième, enfin, bientôt deuxième, planète de ce système qui est un très bon candidat pour avoir, un jour, accueilli la vie.

Aujourd’hui, on installe le matériel à l’entrée, dans le premier couloir. L’occasion pour moi de tester le module de survie. Il a juste la taille qu’il faut pour entrer dans le couloir ! Pas très grand, on doit pouvoir y tenir à deux avec Namgou. Il fonctionne un peu comme un sas. Equipé de réserves d’air comprimé, il relâche l’air quand on est à l’intérieur, et le comprime quand on veut sortir. Il y a des toilettes. On pourra y manger et boire, voire y dormir, assis… Pas assez de place pour s’y allonger… Mais, avec la très faible pesanteur, on n’y verra pas la différence ! Optimisé pour maintenir en vie un être humain deux ou trois semaines, ce sera largement assez pour les quelques jours d’exploration qu’on envisage. On le déplacera avec nous, tant qu’il passera dans les couloirs, ce qui nous évitera de revenir en arrière quand on veut faire une pause. Si, sur Terre, il pèserait entre deux ou trois tonnes, ici, il ne pèse plus qu’un ou deux kilos !

 

par Damien Allemand

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s