Dennis Jainoa : Samedi 19 Novembre 1932

C’est avec beaucoup de peine que je reprends l’écriture de ce journal… Mais je me dois de laisser une trace écrite des récents évènements.

Au moment même où nous sortions du mode replié, nous nous sommes retrouvés face à un vaisseau des envahisseurs. Ils nous avaient repérés et s’apprêtaient à nous aborder. Namgou eu l’idée de faire passer le vaisseau pour un vaisseau fantôme abandonné par ses occupants. Laissant les sas ouverts pour qu’en entrant ils ne les détériorent pas et coupant l’alimentation du vaisseau. Celui-ci parut aux envahisseurs qui y pénétraient comme une épave abandonnée. Triisk et moi, nous sommes planqués dans le jardin. Enfonçant nos pieds dans la terre il nous fut aisé de passer pour des plantes. Quand les envahisseurs inspectèrent le jardin ils ne prêtèrent aucune attention à nous. Je vis juste Triisk qui lâcha une bombe de microbiots sur l’un d’eux, qui ne s’en aperçut même pas. Il m’expliqua plus tard qu’il s’agissait là d’une sorte de cheval de Troie…

On resta ainsi une journée dans le jardin, sans bouger, jusqu’à ce qu’on soit certain qu’ils étaient partis. Puis, depuis les commandes du jardin on relançait l’alimentation dans le vaisseau. Nous dépêchant de lancer le mode repli déjà programmé par Balt, moins de quinze minutes après la remise en tension du vaisseau, on avait disparu dans le mode repli. On a ensuite inspecté le vaisseau à la recherche de Balt et Namgou et on les a retrouvés, morts, dans leur cabine… Ils s’étaient laissé mourir pour renforcer la croyance que le vaisseau avait eu un accident et qu’il n’y avait plus âme qui vive… Ils n’avaient, de toute façon, aucun endroit où se cacher ! On a mis leurs corps dans un caisson en soute à une température proche du zéro absolu. On verra ce qu’on fait d’eux après…

Maintenant on navigue vers la planète morte où on avait laissé nos microbiots creuser.

 *** Fin de la deuxième saison. ***

 

 

par Damien Allemand

AMAR : Mercredi 16 Novembre 2185

Enregistrement vidéo du poste de pilotage.

Ordinateur : … 15, 14, 13…

Balt : Triisk, Dennis, vous m’entendez ?

Radio : oui.

Balt : On sort dans une dizaine de secondes. Tenez-vous prêts !

Radio : ok.

Ordinateur : … 5, 4, 3, 2, 1.

Balt : On y est ! Allez-y ! Larguez !

Radio : ok !

Namgou : Qu’est-ce que c’est ?!

Balt : Merde ! Qu’est-ce qu’il fout là ?!

Namgou : il se dirige sur nous !

Balt : Le repli… Ils ont dû repérer le repli ! Si ça se trouve la sortie est ouverte depuis plusieurs jours ! Ils sont venus nous attendre ! On a combien de temps avant qu’ils soient sur nous ?

Namgou : Approximativement cinq minutes…

Balt : Quoi ?! C’est trop court !!! On n’a pas le temps de repartir !

Namgou : De toute façon, on ne peut pas repartir : ils nous suivraient avant que le repli ne se referme…

Radio : Ca y est on a largué !

Namgou : Laissez le sas ouvert…

Balt : Quoi ?!

Radio : Ah bon ?

Namgou : C’est bien cette commande, l’arrêt générale ?

Balt : Oui, mais n’y touche pas… Non !!! Tu es folle ! Tu vas tous nous tuer !

Ordinateur : Arrêt général dans trente secondes, vingt-neuf, vingt-huit…

Balt : Mais qu’est-ce que tu as fait ?! L’air va se décompresser et se refroidir et en dix minutes on sera tous morts !

Namgou : Sauf le jardin qui a son système autonome, non ?

Ordinateur : … dix-neuf, dix-huit, dix-sept…

Balt : oui… Tu veux qu’on se planque dans le jardin ?!

Namgou : Nous, non… Nous, on n’a aucune chance de leur échapper vivant…

Ordinateur : … douze, onze, dix…

Balt : Quoi ?!!

Namgou : Fais-moi confiance ! Il y a d’autres moyens de s’en sortir…

Ordinateur : … cinq, quatre…

Namgou : suis-moi ! Vite !

Ordinateur : … deux, un.

Fin de l’enregistrement.

 

par Damien Allemand

Balt Cairn : Mardi 15 Novembre 2185

Demain, c’est le grand jour ! On sort du mode replié, lâche notre drone, on programme le repli de retour et on disparait. Ca ne devrait pas prendre plus de dix minutes. On a préparé le drone. On a fait plusieurs répétitions, on est fin prêts.

Namgou et moi au poste de pilotage pour surveiller les environs et programmer le nouveau repli. Triisk et Dennis au sas pour larguer le drone.

Aujourd’hui, programme relaxation ! Le but c’est d’être en forme pour gérer au mieux et sereinement tout imprévu. Je vais me regarder quelques comédies. Je ne sais pas encore lesquelles, mais je n’ai que l’embarras du choix… Namgou, qui s’est, tout récemment, intéressée à la cuisine terrienne, veut nous préparer des gnocchis ! J’en salive d’avance…

Triisk, quant à lui, a décidé de passer la journée sur une nouvelle idée, mais il ne nous a pas dit laquelle. Il veut voir si ça donne quelque chose avant, histoire de ne pas vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué… Dennis s’est récemment plongé dans la lecture des romans policiers terriens… Son nouveau plaisir, courir sur le tapis roulant pour faire du sport tout en écoutant des romans audio d’Agatha Christie ou Conan Doyle ! Il y était déjà ce matin quand je suis allé faire quelques longueurs de brasse.

 

 

par Damien Allemand

Balt Cairn : Samedi 12 Novembre 2185

L’humeur varie entre excitation et stress… L’excitation de l’aventure… Autre chose que de faire du tourisme spatial dans la galaxie ! Et puis, on a réduit le risque au minimum. En dix minutes, il ne peut pas nous arriver grand-chose. Surtout à l’échelle spatiale où le moindre déplacement se compte en jours ou en semaines… C’est juste un peu de piquant.

On bricole. On jardine. On fait du sport. On lit. On joue. La routine du voyage en mode replié. Hier, j’ai passé la journée les mains dans la terre dans un grand nettoyage de printemps du jardin. Certes, un nettoyage de printemps en Novembre peut paraitre inapproprié, mais, comme je l’avais expliqué auparavant, le jardin est découpé en quatre zones dans lesquels sont reproduites les quatre saisons. Il y a donc, en l’occurrence, des étages du jardin où c’est le printemps ! Il y a même des petites fleurs qui poussent dans le tapis herbacé, dont je ne comprends pas trop l’intérêt dans le cycle alimentaire du jardin… Mais, bon, c’est pas moi qui vais me plaindre !

Je parlais de jeu, plus haut : j’ai retrouvé de vieux jeux vidéo dans la base de données. Ca change du go ! On s’est fait quelques parties de Cludodo et de Monopolage. Les souvenirs d’enfance qui remontent à la surface… Il me manque plus que le feu de bois dans la cheminée !

Quatre jours à tuer et on aura fini notre mission !

Après, je pense qu’il sera temps de se soucier de prendre des nouvelles des Puus et des humains. Peut-être se programmer un voyage vers la colonie Puus ou humaine la plus proche ?

On verra cela quand on aura fini d’explorer cette mystérieuse caverne après notre retour de mission.

 

 

par Damien Allemand

Balt Cairn : Jeudi 10 Novembre 2185

Bon, on s’est mis d’accord… On va sortir en dehors du plan de l’écliptique, à bonne distance, disons quelques dizaines de millions de kilomètres. Là, on lâchera un drone qui sera programmé pour traverser le plan de l’écliptique en passant à proximité d’une zone assez active. Il devrait être suffisamment petit pour ne pas attirer l’attention. Il observera tout ce qu’il verra et ressortira de l’autre côté. La traversée devrait lui prendre cinq ou six mois. On n’aura plus qu’à revenir le chercher. Ainsi on minimise les risques. On programme le Colombus pour retourner vers la planète morte où les microbiots devraient avoir fini de creuser et dès qu’on sort du repli, on lâche le drone et on relance le repli. Ca ne devrait pas nous prendre plus de cinq ou dix minutes. On se programme ça aujourd’hui, on prend une grande respiration et on plonge !

 

par Damien Allemand

Balt Cairn : Lundi 7 Novembre 2185

Vendredi dernier, on a fait un rapide tour sur la planète. On n’a pas osé s’approcher trop des bâtiments qui menacent de s’effondrer. On a juste fait quelques analyses et quelques relevés qui ont permis à Namgou d’estimer que la vie a disparu de cette planète depuis au moins trois ou quatre siècles. Leur civilisation s’est donc éteinte depuis beaucoup plus longtemps, peut-être un ou deux millénaires.

On est, depuis quelques heures, positionnées dans l’alignement des deux soleils qui me font une formidable lentille vers notre prochaine destination. Il y a, effectivement, une civilisation très avancée et très active qui peuple ce système. A cette distance, rien ne nous permet de dire de qui il s’agit, car tout ce que je peux voir ce sont les nombreux déplacements d’objets massifs dans le système, dont les mouvements n’ont rien de l’orbite naturel de corps céleste. Je vais rester ici quelques jours, histoire de faire une cartographie aussi précise que possible de leurs activités. Ainsi on pourra réfléchir au plan d’approche le moins risqué…

 

par Damien Allemand

Balt Cairn : Vendredi 4 Novembre 2185

Nous sommes en orbite depuis hier. Par prudence on n’est pas descendu tout de suite. On a passé la journée d’hier à l’examiner du ciel. On a aussi envoyé quelques drones. Comme l’analyse spectrographique de l’atmosphère pouvait laisser croire, il n’y a plus âme qui vive ici. Les océans sont, en grande partie, asséchés. De la végétation, il ne reste que quelques poignées d’arbres fossilisés. La planète est recouverte de ruines de ce qui devait être une grande civilisation. L’oxygène de l’atmosphère a presque entièrement été remplacé par du gaz carbonique. Les drones ont trouvé de nombreux restes des robots, déchiquetés, rouillés, mais des êtres vivants qui les ont conçus, on ne trouve aucune trace. Autant le système qu’on avait visité précédemment était gai et coloré, autant cette planète n’est qu’une boule de poussière grisâtre, sombre et déprimante… Je ne pense pas qu’on s’y attarde longuement.

En ce qui concerne les études de Namgou, elle pense avoir identifié quelques mots, signifiant « eau », « planète », « robot »… Elle est sur une piste quant à leur système de numération. Vraisemblablement, ils comptaient en base douze. Mais ça reste à confirmer.

Triisk, lui, s’amuse à faire bouger sa simulation de robot sur l’ordinateur que je lui ai prêté. S’il comprend le système de commande mécanique, il veut maintenant s’attaquer à leur intelligence artificielle. Pour cela, il a décidé de faire appel à AMAR qui est ravie, si tant est qu’une IA puisse avoir des émotions, de faire l’analyse psychologique d’une autre entité artificielle.

On va aller faire un tour sur la planète, aujourd’hui, mais on ne s’attend pas à faire de grande découverte. Les nombreux bâtiments en ruines menaçant de s’effondrer à tout instant, il nous faudrait du matériel lourd pour faire une étude des lieux en toute sécurité. Disons, qu’on y va pour prendre un peu l’air, même si on ne pourra pas sortir de scaphandre.

 

par Damien Allemand

Balt Cairn : Mardi 1er Novembre 2185

Un petit bond en espace replié et, dans deux jours, on est en orbite autour de ce qu’on pense être la planète d’origine des envahisseurs.

Triisk a analysé tout ce qu’il put sur le robot et on l’a laissé dans la première salle à l’entrée de la base. Maintenant, il essaie de comprendre comment il marche… Ce génie a dévoré tous les livres d’algorithmique que j’ai dans ma bibliothèque virtuelle ! Il s’est construit son propre langage informatique pour simuler sur un de mes ordinateurs le fonctionnement du robot. Il est dessus depuis des jours à en oublier de dormir et manger ! Ca en fait toujours un de moins sur mon dos. Namgou a rentré toutes les données dans son ordinateur et, maintenant, c’est lui qui fait le travail. Ca nous permet de passer plus de temps ensemble… Sans pour autant négliger l’entretien du Colombus, qui brille comme un sou neuf. J’ai parfois l’impression qu’il est encore plus neuf que le jour du départ ! La richesse des technologies Puus et Kiikna combinées ont permis d’en ajuster les paramètres avec une précision d’horloge Suisse !

 

 

par Damien Allemand