Tina Johnson : Lundi 30 Octobre 2186

Que la Force soit avec moi… Mouah ah ah ah ! Je crois que je suis synchro avec les bots. De ce que je perçois, c’est bien moi qu’ils ont pris en chasse. Surprenant que je ne les ai pas vu venir avant de rentrer dans le repli. D’après leurs ordinateurs de bord, ils étaient loin quand ils m’ont détectée, mais ils ont une technologie de repli court et rapide qui leur a permis de retarder la fermeture de mon repli et de l’atteindre avant qu’il ne se referme. Ils n’ont absolument pas décelé la présence du Colombus. Je vais donc les attirer sur Ma Planète et leur offrir ce qu’ils sont venus chercher : moi. Je laisserai ainsi l’Amerigo et les données du drone à Balt, derrière moi. Quant à moi, si ma compréhension de leur mode de fonctionnement est correcte je ne devrais rien craindre, au contraire… J’ai ma petite idée sur ce que je vais faire d’eux…

par Damien Allemand

Balt Cairn : Samedi 28 Octobre 2186

Namgou n’est sortie de la salle d’immersion qu’hier soir, après trois jours d’isolement. Elle semblait épuisée, mais sûre d’elle. Elle avait les idées claires. D’après elle, l’appareil qu’on suit n’est pas un clone spatio-temporel du Colombus, mais un Sister Ship. Des fois, quand une explication est trop simple, on n’y pense pas ! Il est piloté par une jeune femme du nom de Tina Johnson. Suite à une rencontre extraterrestre, elle serait parvenue à construire une relation à l’espace-temps qui lui permet de transcender l’espace et la matière. Cela lui aurait permis de ressentir notre présence dans le repli mais aussi la présence d’un autre appareil juste derrière nous, un appareil potentiellement hostile.
La sortie du repli se fera dans cinq jours. On va sortir vers une planète qu’elle connaît bien pour y avoir déjà passer beaucoup de temps. La planète étant « en quelques sortes » désertique, cela ne représentera pas de danger d’y attirer nos poursuivants. J’ai le minutage exact de la sortie. Selon un chronométrage très précis, on passera en mode furtif puis on obliquera de quarante-trois degrés pour laisser nos poursuivant la prendre en chasse… Elle semble savoir ce qu’elle fait ! J’espère que c’est le cas.

par Damien Allemand

Tina Johnson : Jeudi 26 Octobre 2186

Miaou. Miaou. Miaou… J’ai trouvé le truc ! C’était pas à Balt qu’il fallait que je parle. Il s’était fait une amie Puus. Elle est plus sensible et je parviens à communiquer avec elle. Seul problème : je ne parle pas sa langue et elle ne parle pas la mienne ! Mais tout n’est pas perdu. Maitrisant la composition nodale d’AMAR, je suis parvenu à passer par l’AMAR du Colombus qui a mis au point une traduction simultanée. Je mélange donc ma connexion nodale avec l’oreillette et commence à parvenir à construire une communication. On est donc sur la bonne voie !

par Damien Allemand

Balt Cairn : Mardi 24 Octobre 2186

Namgou aussi a rêvé de Tina… Bizarre ! Il y a peut-être une réalité derrière ces rêves. Elle veut essayer de percer le mystère et m’a demandé de la laisser tranquille pendant au moins quarante-huit heures. Elle a besoin de se concentrer. Elle s’est enfermée dans la salle d’immersion ce matin et m’a demandé de ne pas y entrer et de ne laisser personne y entrer tant qu’elle ne décidait pas d’elle-même d’en sortir. On va voir ce que ça va donner…

par Damien Allemand

Tina Johnson : Dimanche 22 Octobre 2186

Plus que dix jours… Tic tac tic tac… J’ai bien réussi à identifier des formes automatisées indépendantes à bord du dernier appareil. Balt ne répond pas à mes appels éthérés. Je ne désespère pas de lui faire comprendre la situation, mais pour l’instant, ma priorité c’est comprendre, voire prendre le contrôle des robots. Ils laissent, en effet, une trace nodale complexe dans le fluide gravitationnel, un peu comme s’ils étaient vivants et avaient une « âme », bien que leur forme nodale reste très primitive. Mais si je parviens à l’imiter et à m’y lier, je peux peut-être faire quelque chose et, là-dessus, j’ai déjà une piste : je me suis synchronisée avec les formes nodales d’AMAR et de l’Amerigo. Donc, ce n’est pas impossible. Je devrais y arriver.

par Damien Allemand

Weldon Alavie : Vendredi 20 Octobre 9995

Echec et Mat ! Comme ils disent. Comme il faut bien passer le temps je les ai initiés à un des jeux de logique de notre culture. Cela ressemble à leur jeu d’échec mais c’est tridimensionnel. Avec quelques améliorations de la salle d’immersion pour générer des images holographiques, on peut jouer en suspension dans cette grande sphère à ce jeu qui nécessite une logique mathématique qui semble leur échapper. Curieusement seul Triisk s’est montré un adversaire à ma hauteur. Comme quoi, l’intelligence n’est pas fonction de la taille ou de l’évolution de l’espèce. Peu évolué, petit cerveau, mais brillant mathématicien, Triisk est parvenu à me battre deux fois !

par Damien Allemand

Tina Johnson : Mercredi 18 Octobre 2186

J’ai, il y a quelques jours, découvert que nous étions trois appareils dans le repli que j’ai créé ! Incroyable !! Autant ça peut paraître incroyable qu’un deuxième appareil parvienne à se faufiler à la suite de l’Amerigo dans son repli, mais trois cela est totalement impossible et pourtant…
J’ai pu identifier, en propageant mon esprit le long du fluide gravitationnel qui empli le vide replié, mes deux poursuiveurs. Le premier n’est autre que le Colombus, piloté par Balt, lui-même ! Je ne sais comment, par un hasard aussi extraordinaire, il s’est trouvé là. Je pense que c’était l’objet massif détecté sur la photo.
L’autre est, à priori, un appareil automatisé du règne des robots. Je ne parviens à me connecter à aucune forme de vie à son bord. Il n’y a que du mécanique. Je devrais arriver à me connecter à eux mais cela va prendre un peu plus de temps… Quant à Balt, il va falloir qu’il fasse attention : il n’a pas l’air de maîtriser comme moi les fluides gravitationnels et peut se faire capturer par eux. Il me reste deux semaines pour le convaincre de disparaitre dès la sortie du repli et de prendre le contrôle des bots… Une fois sortis, nous devrons nous affronter les uns les autres dans l’espace visible…

par Damien Allemand

Balt Cairn : Lundi 16 Octobre 2186

J’ai fait un étrange rêve. Une jeune femme, prétendant s’appeler Tina m’a parlé. Elle m’a informé d’un danger. Je ne suis pas seul dans le repli… Grande nouvelle ! Je le sais puisque je suis un double du Colombus qui a créé un repli exactement typique des replis qu’il est capable de créer. Elle prétend que je suis suivi… Peut-être s’adressait-elle au « Balt » du Colombus du devant… J’ai du mal à croire que je puisse être suivi puisque la fin du repli ne se trouve que deux ou trois kilomètres derrière moi, ce qui est beaucoup trop court pour un appareil pour prendre le risque de s’y enfiler !
Et puis, il faudrait que j’arrête de croire à mes rêves. Je sais que j’ai vu beaucoup de choses bizarres depuis que j’ai commencé mon voyage mais ce n’est pas une raison pour me mettre à croire n’importe quoi !
J’en ai touché un mot à Namgou, qui en matière de paranormal en connait un peu plus que moi. Sa réponse fut particulièrement intéressante. Elle s’est efforcé de me faire oublier cette Tina, avec des moyens, qui, je dois le reconnaître, furent très efficace… J’en ai encore des frissons !

par Damien Allemand

Tina Johnson : Samedi 14 Octobre 2186

Paix, harmonie, équilibre… Je suis maintenant complètement connectée à mes hôtes, à mes plantes mais aussi à l’Amerigo. J’ai l’impression d’être partout à la fois. J’ai réparé une demi-douzaine de petits défauts dans les circuits électriques et fluidiques qu’aucun capteur n’avait décelé. Certes, ce n’était que des petits accrocs mineurs, des joints qui montraient quelques signes d’usure ou des boulons légèrement desserré, mais dans un appareil comme l’Amerigo, qui est censé être quasi-autonome, si on veut qu’il dure le plus longtemps possible, même les petits détails peuvent être importants.
Je parviens même à communiquer avec AMAR, qui me permet de faire des calculs complexe en utilisant ses capacités. J’ai ainsi décodé avec facilité les informations enregistrées par le drone. J’ai une vision parfaitement lucide de ce système solaire. Ces êtres sont en réalités des machines qui ne font qu’appliquer ce pour quoi ils ont été programmés : parfaire le développement du système. Ils travaillent à rendre habitables chacune des planètes avec une ingéniosité extraordinaire, en particulier pour celles qui se trouvent loin du soleil. Ce système est, en réalité, une sorte d’arche dans lesquels ils regroupent les différentes populations intelligentes qu’ils trouvent dans la galaxie. Bon, il semblerait qu’ils sont un peu bourrins dans leur manière d’enlever ces populations : il y a peut-être un peu d’optimisation à faire de ce côté-là…
Mais le plus curieux est ma perception de l’espace replié. Je ressens le repli, cet environnement dans lequel il est censé ne rien y avoir. Tout est rempli de ce fluide gravitationnel. Même ce vide ultime entre les vides. Je vais profiter de mes nouveaux sens pour tester la salle d’immersion. Je pense que je peux parvenir à pousser les sensations à l’extrême.

par Damien Allemand

Balt Cairn : Jeudi 12 Octobre 2186

C’est bien la première fois que je fais un tel voyage, plongé en aveugle dans un repli. C’est assez angoissant, mais j’essaie de faire confiance au double que je suis. Ça n’est pas comme si je suivais une de ces machines psychopathes dont les intentions me sont toujours inconnues.
Alors on passe le temps. J’épluche le catalogue de jeux immersifs dans ma salle d’immersion. On se fait des parties de Tétris tridimensionnelle à plusieurs. Ça nous fait oublier qu’on est dans une boite de conserve enfermée dans un tunnel sombre dont on a aucune idée de la sortie.

par Damien Allemand